Hey, les apps mochent : comment redesigner ?

Le cas de jeuxvideo.com

Que ceux qui ne sont jamais allé sur jeuxvideo.com se dénoncent ! C’est quand même le média de référence des gamers.

Pour les néophytes, voilà ce que vous avez raté en 1997 :

Et si vous n’étiez pas née, voilà en 2008 :

J’imagine que comme moi vous vous demandez comment est-ce qu’on arrive à opérer de tels changements. Quels sont les principes et questionnements du cheminements.

Détrompez-vous, je ne me pose pas cette question.

Ce qui m’intéresse davantage est de comprendre pourquoi est-ce qu’en 2014, ils ont subitement décidé de refaire le design en repartant de zéro. Ce, malgré le soutien des irréductibles lecteurs.

Faut pas pousser mémé hors de ces habitudes

Il me semble qu’il est rarement justifié de refaire un design de zéro (ou quasi). En cause le coût de re-éducation pardi !

En fait, quand on répète une même action plusieurs fois par semaine, on crée une habitude.

La majorité des choix que nous faisons chaque jour peut nous sembler être le résultat de nos décisions mais en réalité on agit la plupart du temps en mode pilote automatique. Notre cerveau cherche à économiser de l’énergie et à transformer les actions répétitives en habitudes.

Tous ceux qui vont sur jeuxvideo.com plusieurs par jour c’est souvent parce qu’ils s’ennuient/ont reçu une notification (émotion), recherchent une information (problème), ou souhaitent jouer à un jeu (envie).

D’après Brian J.Fogg, pour qu’un comportement se produise, il faut 3 choses :

  1. motivation (émotions humaines qui nous incitent à vouloir qu’un comportement se produise et à prendre des décisions en ce sens)

  2. ability (l’aptitude d’une personne d’avoir ce comportement. Ça peut varier selon le temps, l’argent, l’effet physique requis, cerveau nécessaire)

  3. trigger (invitation qui nous incite à agir maintenant)

L’utilisateur n’est pas le seul dans la balance

Si modifier les habitudes du lecteur se révèle être un problème. Le design depuis zéro a aussi un coût pour le projet.

Immédiat en terme de support, bien sûr. Il faudra probablement passer du temps à expliquer le nouveau fonctionnement, la nouvelle organisation. Sauf si ceux-ci n’ont pas changé; Auquel cas il ne vient de se demander de l’intérêt du travail. Sans parler des bugs, etc.

Puis à terme en rendant difficile le tracking du design. Il va de soi que modifier un élément, faire de l’A/B testing et mesurer son impact est relativement facile. C’est une autre paire de manche lorsque tout est nouveau. Sur quoi se baser ? Il faut T.O.U.T mesurer. Dans tous les sens.

En 2011 quand jeuxvideo.com ajoute les messages privés sur ses forums, un outil qui nous était demandé depuis fort longtemps, l’accueil est mitigé (pour maintes raisons). À présent les utilisateurs ne seraient faire sans.

Grosso modo

L’amélioration incrémentale du design permet au utilisateur de grandir avec le projet, main dans la main, de rencontrer les problèmes et d’aider le projet à trouver la meilleure solution.